Tableaux cliniques et symptômes

Rupture du ligament croisé

La rupture du ligament croisé est une blessure sportive très fréquente. Apprenez-en plus sur les causes et les traitements possibles des ruptures du ligament croisé.

Trouver un centre orthopédique près de chez vousOrthèses cruro-pédieuses et crurales
Résumé

Causes, symptômes et traitement

Les articulations du genou sont les pivots et les charnières de nos mouvements et de nos déplacements. Sans eux, impossible de se mouvoir. Les genoux jouent un rôle particulier non seulement au quotidien, mais aussi pour quasiment chaque activité physique et sport de contact.

Des muscles et des ligaments soutiennent efficacement les articulations pour qu’elles puissent remplir leur mission. Dans la région du genou, ce soutien est surtout apporté par les ligaments croisés. En cas de rupture, les ligaments ne sont plus fonctionnels et un certain nombre de symptômes très gênants peuvent apparaître. Dans cette rubrique, vous en apprendrez plus sur ces symptômes ainsi que sur les causes et les traitements possibles des ruptures du ligament croisé.

Orthèses d’Ottobock

Trouver un centre orthopédique près de chez vousSolutions
Qu’est-ce que ?

Qu’est-ce qu’un ligament croisé ?

Quatre ligaments relient la cuisse (fémur) et la jambe (tibia). Il s’agit des deux ligaments collatéraux, qui stabilisent l’articulation du genou côté médial et latéral, ainsi que des ligaments postérieur et antérieur, qui se trouvent à l’intérieur du genou. Ces derniers se croisent au niveau de la cavité de l’articulation du genou. C’est pourquoi ils sont appelés ligaments croisés.

Quelle est la fonction des ligaments croisés ?

Les ligaments croisés sont des stabilisateurs centraux. Ils centrent les surfaces articulaires dans l’articulation du genou et maintiennent ainsi le genou lorsqu’il se trouve au repos ou qu’il est exposé à une force ou une sollicitation. Les ligaments croisés soutiennent et guident le genou lors des mouvements de flexion au cours desquels ils sont en effet tendus. Pendant les mouvements d’extension, ce sont les ligaments collatéraux qui soutiennent le genou et qui sont donc tendus. Les ligaments guident ainsi le mouvement tout en limitant son amplitude à un niveau physiologique. Ils protègent ainsi le genou contre les luxations et le stabilisent même lorsque les muscles voisins ne sont pas encore contractés. Cette « protection passive » naturelle est possible parce que les ligaments sont relativement élastiques par rapport aux muscles et offrent ainsi toujours une certaine stabilité.
Le ligament croisé antérieur empêche la translation antérieure du tibia par rapport au fémur (mouvement dit de tiroir antérieur). Le ligament croisé postérieur empêche, quant à lui, la translation postérieure du tibia par rapport au fémur (mouvement dit de tiroir postérieur).

Ruptur des vorderen Kreuzbandes
Ruptur des hinteren Kreuzbandes
Ruptur des Seitenbandes

Qu’est-ce qu’une rupture du ligament croisé ?

Une rupture du ligament croisé dans le genou est une déchirure complète d’un ou de deux ligaments croisés. En cas de rupture incomplète, on parle de rupture partielle. Dans la plupart des cas, le ligament croisé antérieur de l’articulation du genou est touché parce qu’il est plus fortement sollicité dans de nombreux accidents typiques. Le ligament croisé postérieur ne se déchire que dans 10 % des cas environ.

Un ligament croisé antérieur déchiré ne peut plus empêcher la translation antérieure du tibia par rapport au fémur. Un ligament croisé postérieur déchiré ne peut plus empêcher la translation postérieure du tibia par rapport au fémur. Tant que les ligaments collatéraux interne et externe du genou sont intacts, ils continuent d’assurer au moins une certaine stabilité latérale.

Les statistiques font état d’une rupture du ligament croisé toutes les cinq à six minutes en Allemagne. Cela correspond à environ 100 000 cas par an. 80 % des accidents ont lieu pendant l’exercice d’une activité sportive.

Causes

Qu’est-ce qui peut provoquer une rupture du ligament croisé ?

En raison de leur faible élasticité, les ligaments peuvent rapidement subir un étirement excessif lorsqu’ils sont soumis à une sollicitation élevée. En général, un ligament croisé se déchire si sa résistance à la déchirure est dépassée. C’est le cas dans de nombreuses situations. Les accidents de la route et les blessures survenant dans les sports de contact et au cours d’activités physiques font partie des causes les plus fréquentes. Les sports impliquant des changements rapides de direction et de rythme présentent en général un risque accru. Un ligament croisé peut se déchirer après une torsion/entorse (distorsion) et une hyperextension, par exemple suite à une chute, un choc ou un coup. Parmi les causes classiques, on peut citer le fait de se cogner le genou contre le tableau de bord lors d’un accident de voiture, les duels trop intenses pour attraper le ballon lors de la pratique d’un sport, la réception après un saut ainsi que les chutes en ski lorsque la fixation ne se déclenche pas et que le genou se tord en raison du fort effet de levier. Et la liste n’est pas exhaustive.

Un rupture du ligament croisé peut aussi survenir dans de nombreuses situations du quotidien. Souvent il suffit de faire un mauvais mouvement, de subir une entorse, de faire une chute dans les escaliers, d’une échelle ou d’une chaise ainsi qu’en faisant des travaux ou en accrochant des tableaux, pour trop solliciter les ligaments croisés, ce qui peut entraîner une rupture complète ou partielle.

Symptômes

Quels sont les symptômes d’une rupture du ligament croisé ?

Les symptômes d’une rupture du ligament croisé sont généralement très évidents. En principe, il s’agit de douleurs, de gonflements et d’un hématome dans la région de l’articulation du genou. Le genou ne peut plus être complètement tendu et fléchi. Certaines ruptures du ligament croisé ne sont pas immédiatement identifiées. Une nouvelle sollicitation entraînant une démarche moins sûre et des instabilités dans la région du genou permet de les identifier. On parle alors de laxité du genou. À la moindre sollicitation, l’articulation peut lâcher, ce que l’on appelle un dérobement ou giving-way en anglais.

De nombreuses personnes touchées indiquent qu’elles ont ressenti un craquement net au moment de l’accident et ont entendu un bruit de craquement ou de claquement. Il en résulte des douleurs aiguës et violentes dans le genou. Une sensation de déchirure ou de décalage du genou peuvent faire partie des symptômes immédiats. En quelques heures, le genou gonfle. Des douleurs lancinantes peuvent alors apparaître. Elles sont provoquées par une dilatation de la capsule articulaire.

Souvent, les douleurs aiguës disparaissent rapidement après une immobilisation, mais réapparaissent lors d’une nouvelle sollicitation. Les vaisseaux sanguins dans la région du genou ont généralement aussi subi des lésions. Celles-ci provoquent un hématome qui limite encore plus la mobilité du genou.

Thérapie

Comment traiter une rupture du ligament croisé ?

Il est important d’avoir recours à un traitement approprié pour stabiliser le genou et prévenir une usure accrue de l’articulation (arthrose du genou). Les experts sont d’accord sur ce point. La dégénérescence accrue peut être directement causée par une amplitude de mouvement trop importante de l’articulation du genou après une rupture du ligament croisé. Par contre, les avis des experts sur le bon traitement à adopter divergent.

Certains médecins pensent qu’une opération est la meilleure option. Cette opération consiste à coudre les parties déchirées d’un ligament croisé ou à les remplacer par un transplant composé d’un tendon prélevé sur le corps du patient (ligamentoplastie).

D’autres médecins pensent, en revanche, qu’une opération n’est pas toujours nécessaire. Selon eux, une rupture du ligament croisé antérieur peut donc, en fonction du type de déchirure, faire l’objet d’un traitement conservateur, être stabilisé et ainsi guérir. C’est le cas par exemple lorsque la membrane synoviale (une sorte d’enveloppe fibreuse à travers laquelle les ligaments croisés passent) n’est pas complètement déchirée et que les extrémités du ligament sont encore très proches.

Un tel traitement peut également apporter des résultats positifs grâce à un entraînement spécifique de la force musculaire permettant à l’articulation de résister aux sollicitations correspondantes dans le sport, au travail et au quotidien. Lorsque l’articulation du genou est exposée à de trop fortes sollicitations, la stabilité des muscles peut parfois être trop faible pour compenser complètement l’absence de ligament croisé. En général, les jeunes personnes sportives sont plus opérées que les patients plus âgés.

Le traitement conservateur implique habituellement l’utilisation d’une orthèse crurale fixe, qui limite de façon ciblée la mobilité du genou pendant six semaines pour prévenir tout mauvais mouvement et malposition pouvant réduire les chances de succès du traitement. Une attelle stabilisatrice est également utilisée après une rupture du ligament croisé.

Combien de temps dure la guérison ?

La guérison d’une rupture du ligament croisé prend, dans tous les cas, plusieurs mois. Si les personnes touchées sont opérées, l’intervention a lieu en général deux à quatre semaines après la rupture du ligament croisé. Pendant cette période, le genou est stabilisé au moyen d’une orthèse appropriée. Une orthèse est également employée après l’opération. Une rééducation de quatre mois environ est, en outre, nécessaire pour une guérison correcte du transplant et sa stabilisation à long terme. Le corps transforme alors le tendon greffé en ligament. En cas de traitement conservateur, la rééducation commence dès que les symptômes de la lésion ont diminué, ce qui peut aussi prendre plusieurs semaines. Par conséquent, la durée d’une rupture du ligament croisé peut être identique pour les deux traitements. Dans un premier temps, la rééducation comprend notamment des séances de kinésithérapie avec une mobilisation passive du genou ainsi qu’un renforcement musculaire et des exercices de coordination.

Entraînement

Bien choisir les exercices

Le professeur Wolf Petersen, médecin-chef de la clinique d’orthopédie et de chirurgie traumatologique à l’hôpital Martin Luther de Berlin, résume parfaitement la situation : « Sans traitement post-opératoire, une opération n’a aucune chance de réussir. » La kinésithérapie n’est pas le seul élément important pour reprendre des activités quotidiennes dans les meilleures conditions possibles. Les personnes concernées doivent, en outre, participer activement à la guérison de leur genou. S’entraîner chez soi en exécutant des exercices appropriés a une influence importante sur les chances de réussite du traitement et contribue à réduire les douleurs.

C’est là qu’intervient Genu Move, notre programme d’exercices élaboré par des médecins. Il propose aux personnes ayant subi une rupture du ligament croisé de nombreux exercices à effectuer chez elles et qui sont parfaitement adaptés pour renforcer les muscles et favoriser le traitement post-opératoire. Les personnes concernées contribuent ainsi activement à leur rééducation depuis leur domicile et augmentent la résistance, la mobilité, la force et la coordination de la jambe affectée.

2:48

Genu Move - Phase 1

Juste après l’opération, le genou est irrité. Des douleurs et des gonflements apparaissent. L’objectif de la première phase de guérison (semaines 1 et 2) est de soulager et de contrôler ces symptômes. Dès cette étape, les patients commencent à entraîner la capacité d’extension de leur articulation du genou.

1:59

Genu Move - Phase 2

La capacité d’extension atteinte dans la phase 1 doit alors être maintenue. Poursuivez donc les exercices de la phase 1. Les objectifs de la phase 2 (semaines 3 à 6) sont l’amélioration de la mobilité et de la force musculaire ainsi que la normalisation de la démarche.

3:00

Genu Move - Phase 3

Dans la troisième phase de guérison (semaines 7 à 14), la mobilité doit être augmentée jusqu’à ce qu’elle corresponde au côté sain. L’objectif de cette phase est de retrouver une mobilité complète et d’augmenter l’endurance, la force et la coordination.

brochure

Exercises you can do at home – Genu Move

This brochure has muscle-strengthening exercises to do at home after an anterior cruciate ligament tear.
Téléchargement (translations.language.fr, PDF 1.65 MB)
FAQ

Questions fréquentes sur la rupture du ligament croisé

Comment trouver le bon spécialiste du genou ?

Vous pouvez avoir recours à des sources fiables et aux expériences de votre cercle d’amis, de proches et de connaissances pour trouver un spécialiste adapté pour votre opération du genou. Si ces sources ne vous sont d’aucune aide, vous devrez malheureusement faire de longues recherches. Nous vous conseillons d’abord de vous informer en détail et notamment sur le fonctionnement et les rôles du genou. Cela doit vous permettre de connaître les termes médicaux les plus importants et de comprendre les résultats d’analyses et d’examens.

Une fois cette première étape exécutée, vous pouvez consulter les CV des médecins sur les sites Internet des cliniques. Vous pouvez ainsi vous faire une idée de leur expérience, de leurs domaines de recherche et de leurs spécialités en chirurgie. Toutes les techniques opératoires ne sont pas proposées dans chaque clinique. Les publications, les articles scientifiques et les formations continues des spécialistes du genou sont des indications précieuses vous permettant de trouver celui qui vous convient. Tenez également compte des informations sur la gestion de la qualité et de l’hygiène des cliniques. Des listes de spécialistes publiées chaque année peuvent éventuellement simplifier votre sélection préalable en cas de problèmes spécifiques du genou. Les forums, les réseaux sociaux et les témoignages de personnes concernées sont aussi une source d’informations. La qualité des informations fournies peut néanmoins fortement varier.

Une fois que vous avez trouvé un spécialiste du genou, faites-vous une opinion au cours d’un entretien personnel. Il est souvent utile de recourir à l’avis d’un deuxième et même d’un troisième médecin avant de choisir un spécialiste du genou.

Que puis-je faire après la reconstruction de mon ligament croisé ?

Après l’opération, des mesures décongestionnantes peuvent être avantageuses. La jambe peut par exemple être surélevée ou bien refroidie. Un drainage lymphatique est aussi approprié. Des antidouleurs sont souvent nécessaires parce que les douleurs bloquent les muscles et les mouvements sont quasi impossibles. De nombreux exercices de kinésithérapie effectués pendant la rééducation peuvent aussi être réalisés chez soi. Exemple : allongé sur un canapé, soulever la jambe et écrire des lettres dans l’air. Consultez votre médecin pour savoir quand vous pouvez commencer à effectuer de tels exercices. Pendant deux à quatre semaines environ, les patients doivent aussi marcher 30 à 60 minutes par jour avec des béquilles. Là aussi, il est préférable de consulter votre médecin traitant.

Comment prévenir les thromboses après une opération ?

Une thrombose est une maladie vasculaire ou un dysfonctionnement du système vasculaire, dans laquelle un caillot de sang, appelé thrombus, se forme dans un vaisseau sanguin. Au stade initial, les thromboses présentent rarement des symptômes, mais peuvent à un stade ultérieur provoquer une embolie pulmonaire mortelle. En principe, rester assis ou debout longtemps favorise l’apparition de thromboses et ces positions doivent donc être évitées dans la mesure du possible. Vous pouvez activement lutter contre une thrombose en marchant, en étant allongé et en faisant du sport et des exercices de gymnastique pour les pieds et les jambes, qui sont aussi possibles après une opération. Souvent, des injections anticoagulantes peuvent aussi prévenir les thromboses. Il convient ici aussi de consulter votre médecin au préalable. Des injections d’héparine, une substance naturelle, empêche la coagulation du sang. Il est conseillé aux personnes qui doivent rester longtemps debout, pour des raisons professionnelles par exemple, de porter des bas anti-thrombose.

Comment et combien de temps le genou doit-il être refroidi ?

Refroidir à maintes reprises et uniformément le genou opéré permet de ralentir l’évolution du gonflement et même de le réduire. Le froid est aussi un bon moyen pour soulager les douleurs. Utilisez par exemple des compresses de froid composées de gel. Elles s’adaptent parfaitement à la forme du genou et transmettent uniformément le froid à la surface de la peau. Ne posez pas les compresses de gel ou de la glace directement sur la peau. Placez-les dans une serviette ou dans un sac hermétique. Si elles sont posées directement sur la peau, la matière froide peut abîmer la peau, voire la geler.

Ne refroidissez pas la zone concernée plus de cinq à dix minutes. Faites ensuite une pause de deux heures au minimum. Si vous refroidissez la zone concernée trop longtemps ou trop intensément, le corps se protège du froid et réchauffe la zone en augmentant la circulation sanguine. Ce phénomène est bien sûr contre-productif puisque l’afflux de sang fait gonfler le genou. De plus, les enzymes du corps qui ont une influence sur les mécanismes de réparation du genou ont besoin d’une température optimale (ni trop froide, ni trop chaude) pour agir. L’inflammation dans le genou est le résultat de ces réactions enzymatiques et se manifeste par un dégagement de chaleur. Refroidir trop et trop longtemps retarde donc la guérison au lieu de la favoriser.

Comment bien dormir après l’opération ?

Bien dormir est crucial pour les processus de réparation dans le corps et donc un facteur décisif de la guérison et de la convalescence après une rupture du ligament croisé. Une orthèse de qualité supérieure permet d’éviter les mauvais mouvements, le jour et surtout la nuit quand nous ne pouvons pas contrôler une partie de nos mouvements. En accord avec le médecin traitant, la prise d’antalgiques avant de se coucher peut favoriser un sommeil sans douleurs. Les personnes concernées peuvent aussi apaiser leurs douleurs en refroidissant la région affectée.

Combien de temps dure l’arrêt de travail après une opération du ligament croisé ?

Un arrêt maladie de deux à trois semaines au minimum est obligatoire juste après un rupture du ligament croisé antérieur. Les fils sont retirés environ deux semaines après l’opération. Dans de nombreux cas, la reprise du travail peut être envisagée environ quatre à six semaines après l’opération. Cette période est plus longue pour les métiers physiquement plus exigeants.

Quand puis-je prendre une douche après une opération du ligament croisé ?

Il n’y a pas de réponse globale à cette question. Cela dépend de chacun et de la méthode utilisée pour l’opération. En général, le médecin traitant informe le patient. Après une arthroscopie, il ne reste que quelques petites plaies externes, qui sont parfaitement suturées. Des plaies aseptiques se referment après 24 heures environ empêchant la pénétration de micro-organismes. Après ce délai, prendre une douche ou se laver avec de l’eau du robinet propre ne pose donc généralement aucun problème. De plus, l’hygiène et la sensation de bien-être subjective augmentent. Des pansements étanches (pour la douche) recouvrent parfaitement les petites plaies. Dans la majorité des cas, les patients peuvent prendre une douche 24 ou 48 heures après leur opération si leur tension est stable. Les défenses immunitaires ne doivent pas non plus être affaiblies.

Après une opération ouverte, cette condition n’est toutefois pas satisfaite. Le patient doit alors en principe attendre que les fils soient retirés ou recouvrir correctement la plaie pour prendre une douche (avec un pansement ou un film spécial). Si un plâtre ou une attelle en plâtre est posé(e) après l’opération, il faut veiller à ne jamais les mouiller. En général, les personnes concernées devraient aussi éviter de prendre de longs bains ou de se baigner pendant les six premières semaines suivant l’opération de leur ligament croisé pour ne pas gêner la formation de la cicatrice.

Quand pourrai-je refaire du vélo ?

Les mêmes règles s’appliquent à la conduite d’un véhicule : cela dépend de l’évolution de la guérison et vous devez être en mesure de contrôler parfaitement votre vélo. Votre médecin saura vous renseigner à ce sujet. Dans la plupart des cas, il est possible de faire à nouveau du vélo d’appartement environ six à huit semaines après l’opération si le genou peut être suffisamment fléchi sans ressentir de douleur. Faire du vélo sur terrain plat est souvent possible au bout de deux mois. La sollicitation de la nouvelle structure ligamentaire doit néanmoins être faible. Il est donc conseillé d’éviter les montées pendant trois mois environ après l’opération. Ces indications ne sont que des valeurs approximatives. Chaque cas doit être exactement examiné et il convient de consulter son médecin.

Quand pourrai-je reconduire ?

Il n’y a pas de réponse globale à cette question. Cela dépend de chacun et de l’évolution de la guérison. Le conducteur doit être en mesure de contrôler parfaitement le véhicule sans que les conséquences de la rupture du ligament croisé ne limitent cette capacité. Les médecins et les assurances conseillent souvent de reconduire au plus tôt quatre à six semaines après l’opération du ligament croisé si la résistance du genou le permet à nouveau. Les personnes concernées devraient donc, de préférence, consulter leur médecin traitant avant de reprendre le volant et, si nécessaire, s’adresser à leur assurance.

Comment favoriser le traitement post-opératoire de façon ciblée avec des exercices ?

Les méthodes opératoires sont aujourd’hui largement standardisées et les athlètes professionnels ne sont pas mieux opérés que des « patients normaux ». Le processus de guérison est d’une durée comparable, qui est souvent sous-estimée. Pour qu’un genou opéré puisse être de nouveau complètement sollicité après une rupture du ligament croisé, une rééducation suffisamment longue est importante. Une rééducation obligatoire de deux mois ne suffit pas.

Après une opération de reconstruction du genou, il faut généralement effectuer avec précision des exercices pendant au moins huit mois pour renforcer la jambe affectée. En accord avec le médecin traitant et en fonction de la convalescence, différents exercices et disciplines sportives ainsi qu’un entraînement de certains muscles de la jambe affectée sont adaptés et peuvent être réalisés chez soi ou dans une salle de fitness. Il peut par exemple s’agir de séances de step ou de la marche dans des montées. Ces exercices permettent de renforcer notamment les muscles du fessier, qui contribuent considérablement à stabiliser le genou. Faire des flexions sur une seule jambe est également un exercice adapté. L’angle du genou doit alors ne pas dépasser 60 à 70 degrés. Se mettre sur la pointe des pieds renforce les muscles des mollets, qui se réduit aussi après une opération. À partir d’un certain état de convalescence, faire du vélo sous toutes ses formes permet une bonne mobilité et un renforcement du genou.

Les progrès peuvent être directement mesurés, par exemple avec la circonférence de la cuisse. Il manque quelques centimètres par rapport à la jambe saine ? Cela indique que la jambe affecté présente encore un déficit de force. Si le genou ne gonfle plus lorsqu’il est sollicité, c’est aussi un signe positif. Les personnes qui renforcent régulièrement les muscles des hanches et du fessier et s’entraînent pour fortifier les muscles des cuisses (antérieurs et postérieurs) sont en outre plus résistantes dans de nombreuses situations provoquant une rupture du ligament croisé et peuvent en principe éviter une telle rupture.

Comment prévenir une rupture du ligament croisé ?

Entraîner de façon ciblée ses muscles est la meilleure des préventions. Plus les muscles sont forts, plus ils sont en mesure de soulager les ligaments et de stabiliser les articulations. Des muscles bien entraînés peuvent aussi, dans une certaine mesure, protéger d’une rupture du ligament croisé en cas d’accident. Il est bien sûr nécessaire de contracter les muscles au moment opportun. Les sportifs devraient de préférence inclure à leur programme d’échauffement des exercices spécifiques de course, d’équilibre, de sauts et de renforcement pour stabiliser leurs muscles.

Quand reprendre le sport après une rupture du ligament croisé ?

Cela dépend toujours des patients et de l’avis du médecin traitant. Aucune recommandation générale ne peut être fournie. Une chose est sûre : reprendre trop tôt peut provoquer une nouvelle lésion ou une défaillance de la ligamentoplastie. Une fois la rééducation terminée, le genou est encore très sensible et peut subir de nouvelles lésions. Il convient donc de ne pas reprendre le sport trop tôt et de ne pas le solliciter trop vite ni trop fort.

Comment reprendre le sport après une rupture du ligament croisé ?

Il faut consulter son médecin à chaque phase. Après un traitement réussi, il est conseillé d’effectuer d’abord des exercices physiques lents tels que faire du vélo avec prudence sur un vélo d’appartement. Faire du vélo sur terrain plat est autorisé au bout de deux mois. Il convient d’éviter les montées jusqu’au troisième mois après l’opération pour ne pas trop fortement solliciter la nouvelle structure ligamentaire. Quatre mois plus tard, un premier entraînement à la course peut avoir lieu avec toutes les précautions nécessaires. Pour reprendre des sports de contact, il faut attendre au moins six mois.

Retrouver une vie quotidienne normale : 3 étapes pour trouver la bonne orthèse Ottobock
  • Vous trouvez ici un aperçu de toutes les orthèses qui pourraient vous convenir. Emportez cette liste avec vous lors de votre prochaine visite chez le médecin.
  • Discutez avec votre médecin pour trouver l’orthèse la plus adaptée à vos symptômes. Le médecin établit ensuite une ordonnance pour l’orthèse correspondante.
  • Rendez-vous avec cette ordonnance dans votre centre d’appareillage orthopédique, qui vous procurera l’orthèse et l’ajustera exactement à vos mensurations.
  • Solutions
    Témoignages

    Des patients nous parlent de leurs douleurs et de leurs expériences

    2:13

    Histoire de Jessica avec Genu Arexa

    Le ligament croisé antérieur de Jessica s’est partiellement déchiré lors d’un mouvement de freinage soudain alors qu’elle faisait du ski. Quelques semaines plus tard, son ligament croisé s’est déchiré alors qu’elle a esquissé quelques pas de danse improvisés. Après son opération, elle a porté l’orthèse crurale Genu Arexa, avec laquelle a pu de nouveau contrôler son genou blessé. Elle a aussi suivi le programme d’exercices « Genu Move » et ainsi contribué de façon optimale à la guérison de son genou.

    Témoignage

    Histoire d’Anna avec Genu Arexa

    Anna est sans cesse sollicitée, au travail et surtout par son fils de quatre ans. Il est plein d’énergie et veut tout essayer. Anna est aussi une danseuse passionnée. Mais c’était avant son accident de ski et la rupture de son ligament croisé. Grâce à l’orthèse crurale Genu Arexa munie d’un cadre rigide, Anna a rapidement pu retrouver une vie quotidienne normale. Et bientôt, elle pourra reprendre la danse.

    2:17

    Histoire de Julia avec Xeleton

    Julia a eu un accident dans la salle d’escalade et s’est blessée au ligament croisé. Après plusieurs interventions chirurgicales, elle a d’abord porté une attelle d’immobilisation. Lorsqu’elle a pu utiliser l’orthèse crurale à armature rigide Xeleton, la mobilité de sa jambe a augmenté, ce qui a aussi facilité son quotidien. Aujourd’hui, Julia utilise l’orthèse chaque fois qu’elle veut se sentir plus en sécurité, par exemple sur un mur d’escalade ou lorsqu’elle fait du ski.

    Solutions

    Orthèses d’Ottobock pour la rupture du ligament croisé

    Les produits présentés montrent des exemples d’appareillage. L’adéquation d’un produit à vos besoins réels et votre aptitude à pouvoir utiliser pleinement toutes les fonctions d’un produit dépendent de nombreux facteurs différents. Parmi les facteurs décisifs figurent notamment votre condition et votre forme physiques ainsi qu’un examen médical détaillé. Votre médecin ou votre orthoprothésiste décide également du type d’appareillage qui vous convient le mieux. Nous sommes là pour vous aider.