Information sur l'amputation

Information sur l'amputation

L'amputation d'une jambe est un évènement grave dans une vie.

Elle est associée à de nombreuses questions, incertitudes et craintes.

Après votre convalescence, la priorité est de retrouver votre mobilité. Certains chercheront à reprendre leurs activités ou reprendre leur travail, quand d'autres se concentreront avant-tout sur leur niveau de sécurité. C’est la raison pour laquelle une prothèse de jambe est toujours adaptée aux besoins de chacun.
À travers cet espace dédié, nous souhaitons vous fournir un maximum d'informations afin de vous aider, vous et votre famille, tout au long de votre parcours.

Avant l'amputation

Que se passe-t-il avant l’amputation ?

Premiers examens

Avant l’opération, vous serez examiné en détail plusieurs fois à l’hôpital : ces examens comprennent des analyses sanguines, une radiographie des poumons et un contrôle des fonctions cardiovasculaires.

Entretiens avec les médecins

Avant l’amputation, les médecins qui vous prennent en charge vous expliquent le déroulement de l’opération. Ils vous parlent également en détail de la période qui suit l’opération. Au cours de ces entretiens, vous avez l’occasion de poser toutes les questions que vous jugez importantes. Il est préférable de prendre note de ce que vous aimeriez demander aux médecins afin de ne rien oublier. N’ayez pas peur de poser des questions si vous n’avez pas compris quelque chose. Les médecins sont même obligés de vous expliquer les choses plusieurs fois. Contrairement à une amputation programmée, une blessure grave causée par un accident nécessite souvent une intervention rapide. Les consultations avec les médecins n’ont donc lieu qu’après l’amputation.

Préparations ciblées

Il est conseillé de commencer, si possible, par des exercices avant l’opération qui sont importants pour la rééducation ultérieure. Cela vous permet de renforcer vos muscles avant l’opération. S’entraîner de façon précoce peut considérablement faciliter la période suivant l’opération. Demandez à votre médecin et à votre kinésithérapeute quels exercices sont les plus appropriés.

Il est également utile avant l’amputation de discuter avec un orthoprothésiste des prothèses que vous pourriez envisager de porter ou non. Vous savez ainsi un peu mieux ce qui vous attend pendant votre période de rééducation.

Soutien psychologique

Une amputation est un événement qui bouleverse votre vie et demande beaucoup de force de caractère. N’hésitez donc pas à faire appel à un psychologue qui saura vous accompagner. Vous pouvez aborder beaucoup de sujets avec des thérapeutes qui ont une formation en psychologie et ainsi soulager votre famille et vos amis. Vous pouvez aussi tirer beaucoup de force de ces entretiens pour la nouvelle phase de votre vie. Plus tôt vous acceptez un tel soutien, mieux ce sera, car le dépassement des conflits intérieurs et des peurs contribue également à un rétablissement rapide et à retrouver une qualité de vie. Une amputation, combinée à l’anxiété, peut causer une dépression. Une situation qu’il vaut mieux éviter.

Échanger avec d’autres personnes amputées

Nous vous conseillons chaudement de parler à des personnes qui ont subi une amputation similaire à la vôtre ou qui souffrent de la même maladie. Parler à quelqu’un qui a déjà subi une amputation donne du courage et vous montre que n’êtes pas seul. Il est intéressant d’entendre comment les autres vivent une situation similaire et comment cette situation a changé leur vie. Ces changements peuvent aussi être positifs ! Des conseils et des astuces sont souvent échangés, par exemple comment utiliser sa prothèse.

Si vous souhaitez faire connaissance avec d’autres patients, parlez-en à vos médecins, thérapeutes ou orthoprothésistes. Ils savent habituellement à qui vous pouvez vous adresser.

Après l'amputation

Que se passe-t-il après l’amputation ?

Après une amputation de jambe, vous vous poserez certainement la question suivante : et maintenant, comment continue ma vie ? Juste après l’opération, votre guérison ainsi que la cicatrisation de votre moignon sont prioritaires. Ces deux étapes sont importantes pour démarrer rapidement votre rééducation et bénéficier d’un appareillage précoce avec une prothèse.

Pour démarrer la rééducation, les conditions suivantes sont nécessaires :

  • Vous ne devez plus ou presque plus ressentir de douleur dans votre moignon.

  • La mise en charge de votre moignon doit être possible.

  • L’œdème doit s’être atténué et stabilisé.

  • Vous devez être capable de bouger autant que possible votre moignon dans toutes les directions.

La situation personnelle de chacun détermine le moment auquel la rééducation peut commencer. Vous pouvez toutefois accélérer la guérison en y participant activement. Ce processus requiert à la fois de la patience et de l’endurance, mais il en vaut la peine. Plus vous êtes mobile lorsque vous commencez la rééducation, plus vous êtes appareillé tôt.

Vous pouvez également profiter du temps passé à l’hôpital après l’amputation pour choisir, avec votre orthoprothésiste, un centre de rééducation adapté. Notre liste d’experts vous aide à trouver des établissements spécialisés dans le traitement des personnes amputées.

Rééducation

Rééducation après une amputation de jambe

Quelques semaines après l’opération et une fois que le moignon est bien cicatrisé, la phase de rééducation peut commencer. Dans la plupart des cas, la rééducation, qu’elle se déroule en milieu hospitalier ou en ambulatoire, dure jusqu’à six mois. Dans l’idéal, vous avez choisi un centre spécialisé dans la rééducation des personnes amputées. Pour savoir comment trouver un centre de rééducation adapté à vos besoins, cliquez ici (créer svp un lien avec la rubrique Après l’amputation).

Au cours de votre rééducation dans une clinique, vous êtes encadré par une équipe composée de médecins, spécialistes de la cicatrisation, de kinésithérapeutes et d’ergothérapeutes ainsi que de spécialistes des sciences du sport. Le programme de thérapie est défini en fonction de votre état de santé et de vos forces. Vous suivez généralement des séances de kinésithérapie avec entraînement à la marche, bénéficiez de séances d’ergothérapie, de balnéo-physiothérapie (bains, massages, électrothérapie, etc.) et de thérapie sportive. Répartie sur la journée avec des pauses régulières, la thérapie dure globalement entre 3 et 4 heures par jour (chaque séance durant une demi-heure) et vous prépare à reprendre votre vie quotidienne. Votre participation active au processus joue un rôle essentiel dans votre rééducation, ce qui peut impliquer la remise en question et l’adaptation de votre style de vie antérieur. N’hésitez pas là aussi à demander conseil à votre médecin, à un psychologue et et à un conseiller familial.