FirstSpiritExport,OBISCM-1557,web_site,sockets,liners,compression_line
Vivre avec une amputation

Après l’amputation de jambe

Immédiatement après l'opération, la priorité est donnée à votre rétablissement et à la guérison de votre moignon.

Résumé

Qu’est-ce qui vous attend après l’amputation ?

Après une amputation de jambe, vous vous poserez certainement la question suivante : et maintenant, comment continue ma vie ? Juste après l’opération, votre guérison ainsi que la cicatrisation de votre moignon sont prioritaires. Ces deux étapes sont importantes pour démarrer rapidement votre rééducation et bénéficier d’un appareillage précoce avec une prothèse.

Pour démarrer la rééducation, les conditions suivantes sont nécessaires :

  • Vous ne devez plus ou presque plus ressentir de douleur dans votre moignon.

  • La mise en charge de votre moignon doit être possible.

  • L’œdème doit s’être atténué et stabilisé.

  • Vous devez être capable de bouger autant que possible votre moignon dans toutes les directions.

La situation personnelle de chacun détermine le moment auquel la rééducation peut commencer. Vous pouvez toutefois accélérer la guérison en y participant activement. Ce processus requiert à la fois de la patience et de l’endurance, mais il en vaut la peine. Plus vous êtes mobile lorsque vous commencez la rééducation, plus vous êtes appareillé tôt.

Vous pouvez également profiter du temps passé à l’hôpital après l’amputation pour choisir, avec votre orthoprothésiste, un centre de rééducation adapté. Notre liste d’experts vous aide à trouver des établissements spécialisés dans le traitement des personnes amputées.

Cicatrisation du moignon

Préparez votre moignon au port d’une prothèse

La cicatrisation de votre moignon après une amputation de jambe constitue la base de l’appareillage prothétique ensuite réalisé et joue donc un rôle crucial. À l’hôpital, les médecins surveillent et contrôlent en permanence le processus de cicatrisation tandis que le personnel infirmier s’occupe des soins quotidiens de votre moignon. Ces derniers incluent entre autres la thérapie de réduction de l’œdème, la thérapie de compression ainsi que la désensibilisation de la peau et les soins de la cicatrice.

Cicatrisation du moignon

Douleurs au moignon

Après une amputation, différentes douleurs peuvent apparaître dans le moignon. Ces douleurs peuvent par exemple survenir au niveau des os, des plaies ou des nerfs, ou il peut aussi s’agir de douleurs fantômes. Chaque douleur est traitée en fonction de sa cause. Diverses options sont possibles : médicaments, traitement par le chaud/froid et enveloppement du moignon. Pour toute question à ce sujet, n’hésitez pas à contacter votre médecin et/ou votre thérapeute.

FirstSpiritExport,OBISCM-1557,web_site,prosthetics_2,infos_for_amputees

Cicatrisation de la plaie

Lorsque vous vous réveillez de l’anesthésie, votre jambe est en principe enveloppée d’un simple bandage et porte un drain. Celui-ci est inséré dans la plaie pendant l’opération afin de guider la lymphe et le sang. Ce drain est ensuite retiré au cours de la guérison. La phase initiale de cicatrisation s’achève généralement dans les quinze jours suivant la fermeture de la plaie. Les cellules du tissu conjonctif deviennent alors plus résistantes et les tissus se régénèrent. Mais même si la cicatrice donne extérieurement l’impression d’être bien fermée et que seule la couleur du tissu cicatriciel change encore légèrement, la guérison complète de la cicatrice est bien plus longue. Il faut environ un an et demi avant qu’elle ne soit complètement guérie intérieurement également. La durée de la cicatrisation dépend des conditions physiques de chacun.

FirstSpiritExport,OBISCM-1557,web_site,prosthetics_2,infos_for_amputees

Thérapie anti-œdème

Après l’opération, normalement, le tissu du moignon gonfle dans un premier temps. Ce gonflement (œdème) est une réaction normale à l’opération. Il diminue en général au bout de quelques semaines environ. Jusqu’au retrait des fils, seul un pansement non comprimant est appliqué sur la plaie. Aucune pression ne peut, à ce stade, être exercée sur le moignon.

La circonférence du moignon doit être mesurée régulièrement afin d’évaluer la diminution du gonflement. Il convient de prendre toujours les mêmes points de mesure et de consigner les résultats sur des relevés de mesure. Cela permet de comparer les résultats et d’identifier la réduction du gonflement.

FirstSpiritExport,OBISCM-1557,web_site,prosthetics_2,infos_for_amputees

Thérapie par compression

Thérapie par compression précoce

Après l’opération, un bandage sera posé sur la plaie et changé régulièrement. Ensuite, la thérapie par compression commence, par exemple, avec un bandage compressif. Votre médecin traitant déterminera le moment exact. L’objectif de cette thérapie est de réduire l’œdème du moignon et de préparer le moignon à la prothèse ultérieure. La compression du moignon contribue à l’optimisation de l’ajustement de votre prothèse. En outre, la compression favorise la circulation sanguine dans le moignon. Vos douleurs sont ainsi atténuées et la cicatrisation est meilleure.

Désensibilisation de la peau

La peau de votre moignon est très sensible après l’opération. Avec l’aval de l’équipe médicale et également avec l’aide de votre thérapeute, vous pouvez contribuer à la désensibilisation de votre peau. Il peut être par exemple utile de rouler doucement une serviette rugueuse ou un gant de toilette sur la peau sensible. Vous pouvez également masser légèrement le moignon avec une brosse en effectuant des mouvements vers le haut. L’utilisation d’une boule de massage avec des petits picots peut aussi réduire la sensibilité de votre peau. Tous ces soins doivent être prodigués uniquement avec l’aval de votre équipe médicale. Cette dernière vous montrera les bonnes techniques à adopter.

Soins des cicatrices

Votre plaie chirurgicale sur le moignon se referme généralement au bout de trois à quatre semaines, laissant une cicatrice. Même si celle-ci est bien cicatrisée de l'extérieur, il se peut que le tissu cicatriciel sous-jacent ne soit pas encore complètement guéri. Cela peut prendre jusqu'à 18 mois. Consultez votre médecin ou le personnel soignant sur les soins de cicatrice qui vous conviennent. Il peut être conseillé d'humidifier la cicatrice rapidement après l'opération. Votre thérapeute vous apprendra à nettoyer et à masser la peau de manière optimale, car plus votre peau est souple et flexible, mieux votre moignon sera préparé à porter une prothèse.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

FirstSpiritExport,OBISCM-1557,web_site,prosthetics_2,infos_for_amputees
Douleurs fantômes

Causes, formes et traitements possibles des douleurs fantômes

Beaucoup de personnes sont touchées par les douleurs fantômes. Elles désignent les douleurs ressenties dans le membre qui a été amputé. Les experts estiment que près de 70 % des personnes amputées en souffrent, temporairement dans la plupart des cas. Le stress psychologique chez les personnes touchées est parfois très fort. Il existe différentes théories sur les causes de cette douleur fantôme. Différents traitements très prometteurs sont néanmoins aujourd’hui disponibles. Il n’existe malheureusement pas de traitement soulageant de la même façon les personnes amputées. Nous souhaitons vous fournir dans cette rubrique des informations sur les causes et les différents traitements possibles. Surtout, n’hésitez pas à parler de vos douleurs à votre médecin, votre kinésithérapeute ou votre orthoprothésiste. Ils trouveront avec vous une solution qui vous soulagera.

FirstSpiritExport,OBISCM-1557,web_site,prosthetics_2,mobility_after_amputation

Causes de la douleur fantôme

Il existe parmi les cercles de spécialistes plusieurs théories sur l’origine des douleurs fantômes. Selon la plus courante, différentes zones du cerveau sont dédiées à diverses régions du corps. Lorsqu’un membre est manquant, le cerveau interprète l’absence de signal-retour comme une douleur. Il est intéressant de noter que les personnes atteintes de malformation congénitale d’un membre (dysmélie), souffrent rarement de douleurs fantômes. Il existe donc un « effet d’apprentissage » dans le cerveau. La mémoire de la douleur semble également jouer un rôle important. Si le patient ressentait déjà des douleurs avant l’amputation, ces douleurs peuvent influencer le développement de douleurs fantômes et cette information doit être prise en compte lors du choix du traitement.

Types de douleur fantôme

Les douleurs fantômes sont très individuelles et dépendent de nombreux facteurs. Elle touchent de la même façon les personnes amputées d’une jambe ou d’un bras. Ces douleurs peuvent être déclenchées ou intensifiée par la météo, l’exposition au froid ou le stress émotionnel. Elle peuvent survenir à certains moments seulement, diminuer ou augmenter progressivement, ou encore être permanentes. Le type, l’intensité et les caractéristiques des douleurs diffèrent également. Les personnes concernées font état de douleurs allant de sensations de tiraillements et de piqûres à des sensations de brûlures et de crampes.

Il convient de distinguer les douleurs fantômes des sensations fantômes du membre perdu, qui elles ne sont pas douloureuses.

Traitements possibles de la douleur fantôme

Différents types de douleur peuvent survenir dans le moignon après une amputation. Il est alors important de distinguer la douleur du moignon de la douleur fantôme, car elles sont traitées différemment.

Il existe de nombreuses approches thérapeutiques différentes pour ces deux types de douleur. Dans le cas d’une douleur fantôme, la combinaison de plusieurs thérapies est recommandée. Il n’existe pas de thérapie universelle qui apporte une aide efficace à toutes les personnes. En outre, de nombreuses thérapies sont longues et nécessitent la participation active du patient. Vous devrez probablement faire preuve de beaucoup de patience et d’endurance. Néanmoins, nous ne pouvons que vous encourager à suivre de telles thérapies, même si elles sont contraignantes. Surtout, n’hésitez pas à parler de vos douleurs à votre médecin, votre orthoprothésiste ou votre thérapeute. Ils seront à votre écoute et vous soutiendront de leur mieux. Les méthodes suivantes sont appropriées et se complètent après une amputation dans le cadre d’une thérapie des douleurs fantômes.

  • Thérapie miroir : un miroir est positionné entre les jambes de façon à ne montrer que le membre sain. Le membre amputé semble à nouveau exister. Ce membre dit fantôme peut ainsi être bougé de façon ciblée et ainsi influencé grâce au membre sain. Les positions crispées et douloureuses du membre fantôme peuvent donc être neutralisées au moyen des mouvements du côté sain et le membre fantôme peut adopter une position plus confortable ne provoquant aucune douleur. Des résultats comparables peuvent être obtenus en regardant des photos afin d’entraîner la mémorisation droite/gauche (entraînement à la reconnaissance de la latéralité).

  • Thérapie sensorimotrice : le massage du moignon avec différents matériaux stimule les nerfs via la peau. Le recours à des ultrasons ou bien encore à une thérapie thermique ou électrique est également possible.

  • Port d’un manchon ou d’une prothèse : chez de nombreuses personnes, la douleur est atténuée lorsqu’elles portent un manchon ou une prothèse. Cela s’explique d’une part par la stimulation sensorielle du moignon, et d’autre part, par la sensation qu’avec une prothèse la partie amputée est toujours présente et que le cerveau reçoit un signal de retour.

  • Thérapie de la douleur : les spécialistes de la douleur sont formés spécifiquement aux traitements de la douleur. Votre médecin peut vous mettre en contact avec des spécialistes de la douleur. Dans tous les cas, il est important de ne pas prendre de médicaments sans l’avis d’un professionnel de santé.

Douleurs au moignon

Les douleurs au moignon et les douleurs fantômes peuvent présenter diverses formes et font l’objet de traitements différents. Il est primordial que vous soyez examiné de manière approfondie afin de déterminer si vous souffrez d’une douleur fantôme ou d’une autre forme de douleur au moignon. Les douleurs au moignon peuvent aussi être causées par des prothèses mal ajustées. Des examens médicaux aident à identifier des tissus cicatriciels gênants, des névromes douloureux, une couverture inadéquate ou un excédent de tissus mous. Ces causes peuvent être durablement éliminées grâce à l’adaptation des composants prothétiques ou par une autre intervention chirurgicale.

Certaines techniques chirurgicales peuvent aider à réduire la douleur du moignon, en particulier celle ressentie dans certains nerfs du moignon après l’amputation. Un traitement préventif de la douleur doit commencer si possible pendant l’opération avec un anesthésiant local ou directement après l’opération afin de prévenir l’apparition de la douleur ou d’éviter des douleurs chroniques.

Mobilisation initiale

Restez mobile

Pendant que la cicatrisation de votre moignon est encore en cours, vous pouvez d’ores et déjà vous préparer à votre séjour au sein d’un centre de rééducation grâce à des exercices spécifiques. Parlez-en à votre médecin ou à votre kinésithérapeute et demandez-leur de vous montrer certaines choses importantes comme le positionnement correct dans le lit afin que les muscles et l’articulation la plus proche du moignon ne se raccourcissent ou ne se raidissent pas, ainsi que des exercices de respiration réguliers et des exercices physiques et de mobilisation simples, qui servent aussi à stabiliser le système cardiovasculaire. Ces mesures vous permettent d’être appareillé rapidement et facilement avec une prothèse pour rester mobile et actif.

FirstSpiritExport,OBISCM-1557,web_site,prosthetics_2,mobility_after_amputation

Positionnement correct du moignon

Rester couché pendant une longue période après l’opération vous sera certainement difficile. Vous ne pourrez probablement pas vous retourner seul dans votre lit non plus. Le personnel infirmier vous aidera donc à vous repositionner plusieurs fois par jour. Ce changement de position est important, car il prévient efficacement les douleurs et empêche la formation d’escarres.

Le positionnement correct de votre moignon est également important. Si vous êtes couché sur le dos, votre moignon ne doit pas être calé sur des oreillers. Ne laissez pas le moignon pendre lorsque vous êtes assis dans un fauteuil roulant ou sur le lit. Cela pourrait réduire la mobilité de votre moignon et une mobilité limitée du moignon signifie que vous ne pourrez pas ultérieurement contrôler correctement votre prothèse. Un positionnement correct avec l’articulation si possible en extension empêche les contractions, c’est-à-dire le raccourcissement des muscles.

Vous avez des questions ?

Ici, vous trouverez des réponses.